chaises printemps

 

Deux chaises vides dans le pré

Tu es libre de t'en aller

Sous le très tendre soleil

Du printemps de l'éveil

Et de la renaissance

Il me disait son évidence

Le lendemain qu'il s'était trompé

Ensemble nous voulions avancer